Bienvenue sur le site des paroisses d'Auvers - Butry
Bienvenue sur le site des paroisses d'Auvers - Butry
Eglise du coeur immaculé de Marie
Eglise du coeur immaculé de Marie
HORAIRES DES MESSES à Butry - Samedi à 18h à Butry ; - Dimanche à 10h30 (en latin, forme extraordinaire). - Mercredi soir à 18h00 (en latin, forme extraordinaire) ; - Samedi matin à 10h00 (en latin, forme extraordinaire, suivie d’un temps d’adoration et confession jusqu’à 12h).
Eglise Notre Dame de l'Assomption
Eglise Notre Dame de l'Assomption
HORAIRES DES MESSES à Auvers - Dimanche à 10h30; - Mardi soir à 18h30 ; - Jeudi soir à 18h30 (messe, puis vêpres et salut du Saint Sacrement) ; - Vendredi matin à 8h30 (laudes puis messe) ;

ACTUALITES

Bulletin Paroissial

BULLETIN PAROISSIAL 06-07-08 2022c

Journées du Patrimoine 2022

Découvrez laSymbolique de l’église d’Auvers-sur-OiseVisite /conférence de Stéphane BROSSEAU sur l’étude de son agencement, ses œuvres d’art, ses formes, ses […]

Visite / conférence à l’église d’Auvers-sur-Oise le 10 avril à 15h

Visite / Conférence le dimanche 10 avril 2022 de 15h à 17h avec Stéphane Brosseau sur le thème « symbologie et […]

Concert de gospel

La chorale Esprit Gospel de Marines (95) donne un concert de GOSPEL le 2 avril 2022 à 20h30 en l’église […]

MARIAGE

En collaboration avec le Père Fred Olichet Biyela, curé de la paroisse d’Auvers-Butry, l'Équipe d’Accompagnement au Mariage,

VIE DE COUPLE

CLER Amour et Famille est une association qui a pour mission d’accompagner toute personne dans l’épanouissement de sa vie affective […]

EQUIPE PAROISSIALE

Père Fred

Prètre
Description - Disponibilités

Prénom Nom

Fonction
Description - Disponibilités Coordonnées

Prénom Nom

Fonction
Description - Disponibilités Coordonnées

TEMOIGNAGES

Ma grand-mère et ses histoires ! Et pourtant même dans les épreuves de doute, je suivais le balisage de ces fameuses histoires. Pupille de la nation, durant la seconde guerre mondiale, elle grandit dans une ferme en Ardèche. La femme qui s’occupait d’elle lui apprit à vénérer la Vierge. Une première fois, des nouvelles catastrophiques se propagèrent, les camions des nazis allaient visiter le village ! La fermière pria toute la nuit demandant secours à la Vierge si bien que ce fut un déluge et que le ruisseau grossit. Les lourds véhicules de guerre ne purent jamais franchirent le seuil du village. La seconde fois, les allemands vinrent…on se cacha. La femme confia de nouveau tous les enfants qu’elle nourrissait à la Sainte Mère. Ma grand-mère était dans la cheminée. Comment se fait-il que des soldats déterminés ne virent pas cette cachette ? Et surtout, pourquoi ma grand-mère devait-elle se cacher ? Elle emporta tous ces secrets, nous laissant perplexes d’identité et sa foi immense en héritage.

Ma grand-mère

On dit beaucoup de choses sur les croyants en ces temps difficiles . L’islam n’est pas toujours bien vu. Je voudrais apporter mon témoignage. Comme dans toute entreprise, le règlement intérieur interdit tout prosélytisme. Je travaille avec des collègues de toute confession. Je trouve que dans mon équipe règne une grande tolérance religieuse. Et certains collègues musulmans sont plus respectueux que certains collègues athées qui se moquent des croyants. Je ne cache pas que je suis catholique pratiquant. C’est sûr, nous ne sommes pas de la même religion, mais nous sommes capables d’en parler. Nos évoquons nos différences culturelles, nos pratiques. Nous comparons le Ramadan, le Carême. Cela est rassurant pour moi et je ne me sens pas seul à croire en Dieu. Je ne me sens pas seul à croire que Dieu est présent et agissant dans chaque moment. Je ne me sens pas seul à concevoir la charité, comme un pilier dans ma vie.

Tolérance religieuse

Je suis issue d’une famille catholique pas très pratiquante. Lorsque j’étais petite, j’aimais beaucoup aller à la messe. Le prêtre qui était très âgé était formidable et impliquait les enfants. Quand il est parti et qu’il a été remplacé par un jeune prêtre, je me suis éloignée de l’Eglise. Au collège, j’ai commencé un parcours pour demander la confirmation. Mais je ne m’y retrouvais pas. Je ne me suis pas présentée pour recevoir le sacrement et une amie m’a dit plus 🤬 que l’Evêque m’avait appelée. J’ai eu un grand regret… A la naissance de mes enfants, les choses ont évolué. Pendant le parcours de première communion de mon fils, j’ai été sollicitée et je me suis inscrite pour assister à la retraite. Ce fut une vraie révélation. Les explications sur l’Eucharistie… je redécouvrais le catéchisme ! Quelques semaines après, à la messe, le prêtre parle de la confirmation et explique qu’on pouvait être confirmé à l’âge adulte. J’ai senti comme un vide dans mon cœur…Je me suis alors lancée dans un parcours pour demander ce sacrement. Le jour venu, j’ai cru que mes jambes allaient flancher. J’ai pleuré de joie dans les bras de ma marraine. J’avais répondu à l’appel de Dieu ! J’ai ressenti quelque chose de très fort ! Dorénavant, je me sens plus légitime pour transmettre la foi, pour témoigner. Je n’hésite plus à dire que je suis catholique pratiquante.

Confirmation

Je me suis rapproché de Lui après le décès de ma grand-mère. C’était un moyen de garder un lien avec elle. Cela a mis du temps à faire son chemin. J’ai demandé le baptême à l’âge adulte. Par le deuil, j’ai franchi le cap de m’autoriser à vivre ma foi plus profondément. Durant deux ans, j’ai été accompagné par la mère d’un ami. C’était plus facile pour moi. J’étais complice. La préparation au Sacrement m’a permis de mettre des mots sur des ressentis et expliquer certaines choses. Dans ma vie professionnelle, cela m’a permis de comprendre les gens qui ont la foi, quelque soit leur religion. Je me ressource par la prière, c’est réconfortant et ressourçant. Je remets mes idées au clair et cela permet de m’apaiser dans des moments d’angoisse.

J'ai toujours cru en Dieu

« Je crois que c’est grave, il va falloir lui enlever un rein… » J’avais 12 ans, j’avais compris en entendant le docteur que c’était grave et que ce que j’urinais n’était pas de la betterave. La date d’opération était fixée. J’ai ouvert grands mes bras d’enfant et j’ai appelé Jésus : « Je t’aime Jésus ! Comment peux-tu me faire ça ? Non ! La vie est belle ! ». Je suis rentré dans une colère terrible. Cinq jours après, mon état s’est amélioré ! Mes parents n’ont jamais su que je m’étais battu le cœur ouvert à Jésus. Ils ne l’ont jamais su. J’ai été exaucé et depuis ce jour, je parle avec Jésus. Je remercie Jésus et je ne lui ferai pas l’affront de ne pas le croire.

Exaucé

Aumônerie des artistes du Val d'Oise